Un faux départ

Début juillet, il m’a été suggéré de faire un rituel pour les ancêtres de ma lignée paternelle. En effet, trop de colère, de souffrances étaient présentes tout au long de cette lignée et pesaient aussi sur moi. J’ai aménagé à ma sauce les suggestions qui m’ont été faites quant à ce rituel pour apporter de l’amour à mes ancêtres. Je suis allée ramasser des cailloux sur les bords d’un lac proche. J’en ai trouvé neuf pour représenter mon père, mon oncle et leurs père, grand-père etc. jusqu’à « tous leurs pères avant eux ». En fin de balade, un superbe cadeau : un gros caillou en forme de cœur. Je l’ai transformé en rentrant pour en accentuer la forme.



Sur le métier je remets mon ouvrage…

Je l’ai déjà dit ici, j’ai commencé le rituel à la pleine lune de juillet. Finalement, neuf jours après avoir commencé, j’ai loupé un jour. J’avais choisi de ne pas installer mon autel dans ma chambre pour l’occasion, mais plutôt dans la pièce principale. Ce choix a fonctionné tant que mes « grands » n’étaient pas là. Un soir que mon aîné traînait sur le canapé, je me suis endormie avant qu’il ne regagne sa chambre, loupant le rituel du jour.
La période n’était pas propice à le relancer (je partais en stage). J’ai ainsi attendu jusqu’à la rentrée.
Je l’ai repris à la pleine lune de septembre avec toujours l’intention de le faire se dérouler jusqu’à la pleine lune suivante. Ce qui signifie que je l’ai conclu jeudi dernier. Étonnamment, quelques jours avant de le conclure, mon père m’a posé des questions quant à ma formation et à ma transition professionnelle. J’y ai vu le signe que des choses avaient bougé par ce rituel.
Rien de compliqué, rien de long pour ce rituel. Mon quotidien est assez chargé comme ça, sans que j’en rajoute. J’ai disposé les cailloux sur un tapis, ajouté trois bougies et un bol dans lequel chaque soir je remettais de l’eau de roses et un peu d’eau et hop. Les mêmes mots répétés soir après soir. Les mêmes gestes. Les mêmes visualisations également.

Je clos enfin le cycle

Jeudi 05 octobre, je suis donc allée à la nuit tombante au bord du lac. Là où j’avais ramassé les cailloux. J’ai conduit le rituel comme d’habitude tandis que la lune apparaissait derrière les montagnes. Une fois le rituel terminé, j’ai rendu les cailloux au lac, confiant ainsi symboliquement mes ancêtres à ses bons soins, pleine lune après pleine lune. Ce faisant, le vent est devenu plus fort, comme pour continuer le travail de nettoyage que j’avais amorcé un mois plus tôt.

2 réflexions au sujet de « Rituel pour la lignée paternelle des ancêtres »

  1. J’ai eu des ses frissons en te lisant!
    tu m’inspires beaucoup!!!
    magnifique Aegiale!
    et ton autel aussi, ta nappe d’autel établit comme une connexion entre tes ancêtres/galets, de belles symboliques dans ces lignes…

  2. Merci de ton retour Péma !
    Je trouve que c’est un exercice difficile de parler de nos « rituels », un équilibre difficile à trouver entre trop en dire au risque de le désacraliser et ne pas assez en dire, auquel cas mieux vaut ne rien dire du tout… j’avais un peu l’impression d’en avoir trop peu dit pour que ça revête un intérêt quelconque pour d’autres que moi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web