Récup’ ou pas ?

Je ne suis jamais à une contradiction près, semble-t-il. J’indiquais en effet la semaine dernière combien je trouvais important la récupération pour mes créations (presque) hebdomadaires. Et voilà que pour la semaine 13, je vais vous présenter une réalisation à partir d’objets et matériaux achetés. Deux petits pots en terre cuite, l’un plus petit que l’autre, des feutres posca. Les feutres posca, au nombre de trois constituent une vraie folie vu le prix de ces outils. A ma décharge, je dois préciser que mon anniversaire est passé par là et que j’ai décidé d’utiliser une partie de l’argent reçu à cette occasion pour du totalement superflu, le reste servant à rendre le quotidien moins casse-tête.

Ceci étant, la dremel utilisée pour percer les trous n’a pas été achetée pour l’occasion, ni même le CTdP qui l’a maniée pour moi :D. Et le sable qui viendra garnir le tout non plus : il sera récupéré par mes trolls lors des prochaines vacances !

Mini encensoir maison

Jusqu’à maintenant, l’encens que je brûle est de l’encens en bâtonnets ou éventuellement en cônes. Je n’ai jamais eu l’élan pour en faire brûler sous d’autres formes. Mais depuis quelques temps, l’idée mûrit, il faut bien le dire. Ce qui explique que quand j’ai vu les deux pots en terre cuite à Dalbe j’ai tout de suite visualisé un mini encensoir maison. Sans vraiment savoir en plus si ça allait véritablement coller en terme de praticité d’utilisation pour de l’encens en grains / poudre (je pense notamment à la dissipation de la chaleur). Je me laisse la possibilité d’explorer et de découvrir que ma création est inadaptée à son usage ! Dans ce cas, je la reconvertirai en brûleur d’encens en bâtonnets :).

Deux mini pots donc : le pot plus grand en-dessous, avec du sable sur lequel reposera un charbon ardent et le pot de dessus, renversé, pour faire s’élever la fumée en volutes. Des trous supplémentaires ont été percés à la dremel à cet effet dans le plus petit des pots. Les deux pots décorés en bleu, pour être raccord avec l’ambiance marine habituelle de mon autel. Et même un p’tit poisson argenté pour faire bonne mesure. Au départ, j’avoue, je voyais des vagues, des volutes, de la décoration plus aboutie. Mais j’ai eu peur de ne pas être satisfaite de ce que mes dix doigts parviendraient à réaliser. Je m’en suis donc tenue à du basique.





encensoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web