Déconcertée par l’arrivée de mes lunes à J18, je comprends mieux pourquoi j’ai autant mal au ventre depuis deux jours et pourquoi, heureuse synchronicité je tombe sur cette ceinture des lunes dont le principe me tente bien.

Ceinture de lunes 100% coton. Elle nous vient directement du Mexique où les femmes l’utilisent au quotidien. Les mexicaines y brodent 13 lunes pour signifier leur 13 périodes de règles dans l’année.
Utiliser la ceinture de lunes, c’est porter une attention à notre féminin, c’est l’honorer et en prendre soin.
Vous l’aurez compris, la ceinture de lunes est l’allié des femmes !
Elle vient vous soutenir, vous procurer confort et réconfort. Se serrer le bassin, en sentir les contours est en effet à la fois sécurisant et réconfortant.
C’est une pratique propre aux femmes que l’on retrouve de part le monde.

D’autres encore (les images renvoient aux sites d’où elles sont tirées) :


La boutique mlb-creations en propose d’autres, plus symboliques que couvrant le ventre… mais moi, c’est bien le côté chaud et doux qui me tente !!! Ou alors un doublon : la ceinture épaisse sous les vêtements et la symbolique, par dessus :). Voilà donc une idée de « truc à réaliser » pour mon projet « je bidouille avec mes blanches mains » et une histoire à creuser que celle de cette ceinture des lunes utilisée par les femmes mexicaines dont j’entends parler pour la première fois aujourd’hui.
Enfin, là, je rêve de m’enrouler le bidou bien au chaud (faute de ceinture, ça sera une bouillotte sèche maintenue par une écharpe 🙂 !), cocooner et boire un bon thé chaud pour me réchauffer de ma journée passée au boulot derrière une porte qui ne ferme plus… par les températures qui courent, pas étonnant que je sois remontée avec la goutte au nez malgré le bonnet et l’écharpe !

7 réflexions au sujet de « Ceinture, cocooning, thé chaud »

  1. je ne connaissais pas non plus et ça me donne envie de m’en tricoter une! je fais circuler l’idée jusqu’à ma mère qui tricote plus vite que moi ^^’
    Merci pour ce partage!!
    Les miennes arrivent incessamment sous peu, j’ai fais le premier rêve annonciateur,lol…je compatis pour ton bidou et te souhaite un bon cocooning!

    • Du coup moi je trouve dommage de ne pas savoir tricoter (enfin, à part le point mousse et si on me monte les mailles d’abord… bref, je ne sais pas tricoter :D)….
      Suis ravie d’être enfin à la maison, parce que le boulot les jours de raz-de-marée lunaire ben faut pas que ça soit speed sinon c’est vite ingérable et ça l’a été un peu hier… thé chaud, bouillotte, lire et aussi pinceaux peut-être ou je ne sais pas encore quoi….

      • Et ya des supers tutos pour crochet et tricot sur youtube!de quoi pouvoir créer sur plusieurs semaines!!ahahahah! Tiens un projet ceinture….. Çà serait un autre beau défi!

        • La difficulté supplémentaire, c’est que je suis gauchère, faut que je trouve des tutos qui vont bien… je suis sûre que c’est possible, faut que je fouille !

  2. Bonjour, suite à plusieurs publications sur cette utilisation de la ceinture, je voudrais connaître les sources qui citent cette manière de l’utiliser. Quel ethnie l’utilise ainsi ?
    Notre culture Maya, ancestrale est assez riche en rituels et soins. Mais nulle part dans nos traditions on fait mention ou se pratique cette utilisation.
    Les femme Mayas habitent un large territoire, dès la partie basse dU Mexique… qui comprend plusieurs États, le territoire du Guatemala et une petite partie du Salvador et Honduras. Seulement dans le pays du Guatemala nous pouvons parler de 21 ethnies Mayas qui partagent connaissances et rituels anciens. Le Mexique a aussi un autre groupe des ethnies avec qui, pendant différents périodes nous avons partagé beaucoup car jusqu’à l’arrivée des espagnols cete zone formait un block devant les peuples aztèques.
    Beaucoup des traditions anciennes font partie de notre quotidien, et ce qui m’interpelle fort dans votre texte c’est la vision des femmes envers les menstruations….
    Nos textes Sacrés tels que le Popol Vuh et le Chilam Balam ne citent nulle part ces pratiques. Si bien nous avons un Calendrier lunaire (qui est toujours utilisé à l’heure actuelle, tout autant que le solaire) dans le quel le chiffre 13 à sa raison, elle est loin d’être à l’origine d’une relation entre les règles et un calendrier grégorien. Aucun lien possible comme cela est cité dans l’article.
    Pour ce qui est de la vision des femmes indiennes (Mayas ou autre) et ses menstruations cela me semble complètement incongru. Nous ne nous affichons pas pendant les règles avec une ceinture, il ne faut pas oublier que nos pays sont malheureusement encore très machistes et cete explication met juste à la lumière que toute cette histoire des ceintures des lunes vienne d’une personne qui est en dehors de la culture. Car cette façon de afficher sa féminité est purement européenne.
    Cela dit, des rituels existent, oui, des soins avec une ceinture, oui.
    Je vais peut-être poser des mots sur ce qui se passe avec cette ceinture et cette petite histoire qu’on vous vende avec. Ça s’appelle de l’appropriation culturelle… Un objet anodin, une petite histoire exotique avec les traits un peu mystiquesur et hop ! Ni vu ni connu… personne peut verifier et cela devient un parfait produit à vendre. Sauf que aucune base culturelle, aucun respect et vrai partage est fait ici. Le sujet est vaste et j’amerais énormément pouvoir échanger avec vous ou d’autres personnes à qui la question peut intéresser.
    J’ai des documents et des liens avec des personnes (femmes, sages-femmes anthropologues, des musées etc) que je peux vous partager volontiers.
    Merci de votre lecture
    Cordialement
    Eugénia Corne
    eu.corne@gmail.com

    • Bonjour,
      Merci beaucoup de ce long message qui me permet d’avoir un embryon* de réponse à la question que je me posais dans le billet (« une histoire à creuser que celle de cette ceinture des lunes utilisée par les femmes mexicaines dont j’entends parler pour la première fois aujourd’hui »), parce qu’effectivement, à première vue et en cherchant très rapidement je n’avais pas trouvé de source (en français ou en anglais, seules langues que je parle malheureusement) utilisable et seulement des photos sur des sites à vocation plus ou moins marchande (et que depuis, je n’ai pas trouvé le temps de mener des recherches).
      Ce qui, je pense, vous interpelle dans mon billet est le bloc de citation reprenant le descriptif du site sur lequel j’ai trouvé l’objet et qui était suffisamment vague pour que je souhaite « creuser »… je pensais qu’il était clair que je ne faisais que reprendre le descriptif et me questionnais à ce propos, mais il semble que ce n’était pas le cas et je veillerai dorénavant à être plus précise et explicite.
      Je serais très heureuse d’échanger plus avant, d’apprendre à connaître une culture dont je ne sais pas grand chose et également de permettre d’attirer l’attention des quelques lecteurs de ce blog sur l’aspect appropriation culturelle de ces ceintures.

      * « embryon » parce que du coup, je suis curieuse des rituels associés aux menstrues et de ceux qui utilisent des ceintures 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web