Jeudi, coup de bol (ou pas !), c’est mon patron qui prenait la suite de mon service et il est arrivé un peu plus tôt, me disant que comme il était là, je partais quand je voulais. Le temps de finir avec les clients « en cours », de plier bagage, je suis partie à l’heure prévue pour la fin de mon planning, soit plus tôt que s’il était arrivé pile à l’heure pour le changement de service.
Comme mon autre collègue était passé plus tôt et avait enfin préparé les enveloppes des pourboires (sur le bar, nous avons une tirelire dans laquelle les clients glissent des pièces et nous en partageons ensuite le contenu entre nous) ce qui me permettait d’avoir de l’argent à dépenser sans puiser sur mon compte qui fait une sale tête en ce moment, j’ai vu dans ces deux éléments facilitateurs un énorme signe de soutien à mon envie de garnir correctement mon arbre…. j’ai donc filé à la mercerie aussi sec !
J’ai trouvé que c’était cher, le mètre de ruban coûtant le même prix que toute la bobine là où je me fournis habituellement… mais enfin, là, j’avais le choix parmi les « bonnes » couleurs 🙂 !
En rentrant, beaucoup à faire pour préparer notre week-end loin de la maison, mais j’ai trouvé le temps d’accrocher les rubans, de m’occuper de mon autel et même de méditer un peu. Je ne dirai rien de plus pour le moment sur les perles qui commencent à former un nouveau collier du quotidien pour ne pas risquer de briser la magie, mais j’espère bien pouvoir revenir en causer un peu plus tard… en attendant, chuuuut :).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web