Le temps des vacances est terminé, pour moi au moins et j’ai repris le chemin du boulot. Les enfants vont en profiter encore une semaine et puis hop, nous serons à nouveau tous happés par le quotidien et pressés par l’horloge. Je vais essayer d’être vigilante pour ne pas retomber dans le piège du « vite vite vite » et du « pas le temps », mais j’ai peu de marge de manoeuvre et je crains qu’il ne soit inévitable d’être en mode « speed », malgré mon temps partiel.

337172(source image)

Je n’ai rien fait de ce que j’avais prévu pendant ces vacances, enfin, si, j’ai fait l’essentiel – me (re)poser, papoter jusqu’à point d’heure avec ma Soeucière – tandis que le reste passait à la trappe – mini-mémoire, compte-rendus de lecture pour la formation mais aussi pour ce blog… – et je vais essayer d’accepter ça sans m’en rendre malade ou coupable. Je vais jongler, mieux m’organiser (merci le BuJo (avec une section « sorcière 🙂 ?) ! (clin d’oeil à Valiel)) et ça ira, tout sera fait in fine…

L’Horloge – Charles Baudelaire

Horloge ! dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit :  » Souviens-toi !
Les vibrantes Douleurs dans ton coeur plein d’effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible,

Le plaisir vaporeux fuira vers l’horizon
Ainsi qu’une sylphide au fond de la coulisse ;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
A chaque homme accordé pour toute sa saison.

Trois mille six cents fois par heure, la Seconde
Chuchote : Souviens-toi ! – Rapide, avec sa voix
D’insecte, Maintenant dit : Je suis Autrefois,
Et j’ai pompé ta vie avec ma trompe immonde !

Remember ! Souviens-toi, prodigue ! Esto memor !
(Mon gosier de métal parle toutes les langues.)
Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues
Qu’il ne faut pas lâcher sans en extraire l’or !

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.

Tantôt sonnera l’heure où le divin Hasard,
Où l’auguste Vertu, ton épouse encor vierge,
Où le repentir même (oh ! la dernière auberge !),
Où tout te dira : Meurs, vieux lâche ! il est trop tard ! « 

Une réflexion au sujet de « Reprise… »

  1. Mêmes résolutions par ici!zen…patience et longueur de temps font plus que force ni que rage, qu’y disait!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web