…non je ne fais pas (que) allusion à la météo (de la semaine dernière, du coup, vu que je finis d’écrire ce billet plusieurs jours après l’avoir commencé) ou à The Rime of the Ancient Mariner (enfin, si mais indirectement :D).
Le moins que je puisse dire c’est que ça bouscule de ce côté-ci du clavier, ça ressemblerait presque à une lame de fond faisant remonter à la surface tout ce qui a besoin d’être nettoyé. Si je sens bien le mouvement de la lame de fond, pour le moment ce qui doit être nettoyé est plus indistinct… on verra.
Je me plante peut-être royalement, mais j’ai notamment pris le message « traverser les 7 mers » comme une invitation à faire table rase, à repartir de zéro (enfin, j’écris « notamment » mais si je veux être complètement honnête, pour le reste, c’est encore très confus ce que ça implique / signifie de traverser les 7 mers). D’où un travail sur / avec les éléments commencé cette semaine la semaine dernière, donc. C’était logique et évident pour moi de commencer par l’eau pour plein de raisons (y compris la météo, mais pas que). Même si la progression de mon exploration ne suit pas l’ordre plus courant, l’important c’est sa cohérence pour moi.
L’eau donc. Vu les lacs du coin, une virée s’imposait.

lake01 lake02

J’ai choisi celui auquel nous allons le plus souvent, les enfants et moi mais je me suis éloignée des « sentiers battus » pour aller là où le lac devient marais et où ça grouille de bêtes en tous genres. C’est bête, je tombe encore dans ce genre de travers mais c’est comme ça : j’avais imaginé un chouette coin près de l’eau, avec des arbres, un genre de petite mini plage.. un peu comme ça.

lake03Sauf qu’en fait, j’avais deux pêcheurs sur le lac en vis-à-vis. Pareil plus loin, alors j’ai continué, je me suis enfoncée en m’éloignant un peu du bord du lac.

lake04Bam, juste après avoir passé un ruisseau qui m’a fait mesurer combien j’ai perdu en souplesse et en équilibre, j’arrive, la tête encore baissée pour regarder où je mets les pieds, à un endroit qui me dit que c’est . Je suis un peu têtue alors je fais quelques pas plus loin, parce que je ne suis pas assez près de l’eau, mais j’ai pas le temps d’en faire dix qu’il est clair que je dois faire demi-tour et rester là où je suis ainsi accueillie. Je regarde l’endroit plus attentivement, on dirait un cocon avec son arbre aux branches repliées par dessus les buissons. Vachement chouette comme endroit en fait. Un oiseau (que j’ai juste entr’aperçu) se pose sur un arbre proche et se met à chanter. J’m’étais bien vue m’asseoir sur un caillou ou une branche, mais rien de tel ici. J’essaie accroupie, mais ma souplesse et mon équilibre bis, du coup, finalement, je médite debout. Je sens bien l’eau et puis cette urgence parce que je me sens coupée : enlever mes chaussures. Ce que je fais, me confrontant à nouveau à mon manque de souplesse et d’équilibre. Je pose un pied puis l’autre sur le sol froid et mouillé. Sous mon poids, l’eau remonte par-dessus chacun de mes pieds. C’est froid, mais c’est super bon.

lake05Je sens d’abord l’énergie qui descend vers la terre et puis l’énergie qui monte de la terre, il y a équilibre et finalement, je sens plein d’énergie qui monte doucement dans mes mollets… ça me surprend, j’avais le sentiment au début que j’allais pouvoir enfoncer des racines dans la terre, là, ça ressemble plus à la terre qui va me phagocyter mais rien d’alarmant. Et puis assez vite, pof, le mal de tête. Celui que je connais super bien en thérapie, celui qui vient quand y’a trop d’énergie et / ou quand j’ai peur. J’essaie d’accueillir la peur mais je n’ai pas l’impression qu’elle soit là. J’ai super mal au sommet du crâne et comme une barre au niveau de l’arcade sourcilière (ouais, je sais, je suis « bouchée du bocal » comme dirait le Compagnon ;)). J’entends même plus le lieu, c’est la déconnexion totale. Alors je prends congé en bonnet difforme bonne et due forme et je m’en vais admirer la vue sur l’autre lac depuis le belvédère en attendant que ce soit l’heure d’aller chercher le minuscule à l’école. Même avec un massage de vidage, impossible de faire passer mon mal de tête qui a duré jusqu’au lendemain matin :/… ce qui m’embête c’est que depuis, dès que j’essaie de méditer, que je masse ou que je suis massée : vlan, ça monte directement à la tête :/.

3 réflexions au sujet de « Water, water, everywhere »

  1. Purée c’est dingue ce mal de tête!
    dommage!
    les photos sont belles et ce moment que tu nous raconte là!merci j’y étais!
    et le mal de tête que je me coltine régulièrement en ce moment fait que je suis en totale empathie avec la suite des évènements aussi lol!
    j’espère que tu trouveras the solution pour déboucher le bocal et remettre ton bonnet en forme! ( j’ai bien rit^^)
    bises à toi!
    et bonne soirée!

    • J’avoue que ça me mine, ce mal de tête et j’espère vraiment que ce n’est que transitoire parce que si je ne peux pas masser s(je ne parle même pas du reste) ans avoir mal à la tête, ben je suis mal !
      Ta fiesta a eu lieu ou tu es toujours dans les préparatifs ?
      Merci de ton passage régulier par ici, ça me fait toujours plaisir 🙂 !

  2. je n’avais pas vu ta réponse!
    j’espère que ton crâne va mieux lui!
    je me suis concocté un remède à base d’huile d’olive et de fleurs de lavandes( en plus s’est bon) mais le hic, c’est que j’attends toujours trop, et qu’après ça passe plus pendant des jours…et que j’en viens à prendre deux Daf.lg.n^^’
    la fête est pour ce weekend!la tension monte, la playlist s’allonge….♫
    je te retourne le remerciement et le plaisir est partagé ^^!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web