Comme tous les quinze jours, aujourd’hui, c’était jour de massage. C’est presque toujours surprenant, amusant, émerveillant (je néologise si je veux), ce qui émerge au cours des massages biodynamiques.
Cette fois, c’était une envie de marcher pieds nus, de sentir la terre, l’herbe sous mes pieds, de sentir le sable entre mes orteils… je crois que mes pieds de citadine se rebellent contre trop d’enfermement (à la fois dans les chaussures et en « intérieur »), il est temps d’agir.
Le froid a débarqué aussi. Lui, je commence à le connaître (je suis même sûre qu’il doit traîner ici des billets de 2008 ou 2009 qui en parlent) mais cette fois, j’ai réussi à l’accueillir (« hey, salut le froid ! ») et même à faire un peu de focusing (pas longtemps). Il a coulé un peu partout avant de se faire discret, probablement parce que je ne faisais pas grand cas de sa présence… je suis encore étonnée de n’avoir cette fois même pas eu la tentation de me replier, de me recroqueviller façon « argh, non, pas ENCORE le froid !! » et j’espère avoir la même attitude la ou les prochaine(s) fois que ce froid intense venu des os viendra me faire coucou.
J’ai réclamé de reprendre un bout de massage réalisé trop vite à mon goût… ça coinçait au niveau du poignet… alors j’ai été massée, le poignet, la main, les sorties quoi (enfin, une des) et pfiou, là, c’est carrément de la lumière qui a coulé dans mon bras droit tout entier ! Le gauche fait un peu la tête de n’avoir pas expérimenté la même chose, mais ça viendra en son temps…
Quand je suis sortie, j’avais envie de voir la mer, de sentir l’iode, de tremper mes pieds dans l’eau et de faire couler le sable entre mes doigts (mais si je regarde attentivement les choses, cette envie couve en douce depuis quelques jours). Alors avec mini, en rentrant, nous avons fait un crochet par l’un des lacs du coin, on s’est mis pieds nus, on a trempé nos pieds dans l’eau glacée en rigolant comme des bossus sous le vent qui claquait avant de jeter des cailloux pour faire les plus gros ploufs possibles. Faute d’océan, on fait avec ce qu’on a !

piedsnus
plouf
lavue

4 réflexions au sujet de « La terre, la lumière et la mer »

  1. et c’est déjà génial avec une vue pareille!
    bientôt l’océan j’espère!je vous le souhaite fort!!!

    • Vi, ça va, la vue est sympathique (mais j’en ai marre des montagnes !) 🙂
      J’espère pouvoir voir l’océan en août !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web