cauldron2Ces derniers jours, en même temps que je m’émerveille du pouvoir de l’inconscient, je suis frappée par un certain écho entre la situation d’il y a quatre ans, quand j’ai quitté la maison commune pour mon propre appartement et celle de maintenant, où je vais quitter la maison commune pour un appartement (commun à temps partiel) : une fois la décision prise, après des mois de mûrissement (conscient il y a quatre ans, inconscient cette fois), pouf, l’annonce idéale (pour moi, en ce moment, ce qui ne signifie pas idéale dans l’absolu) est en place depuis la veille, la visite s’organise, le courant passe bien entre le/la propriétaire et moi et moins avec les autres personnes intéressées et c’est avec moi que le bail se signe(ra). Et cet écho m’aide à,enfin, retrouver confiance en la Vie.
Le double tirage de cartes de Samhain annonçait un début d’année rock ‘n roll voire carrément hard. J’imaginais ce rock ‘n roll spirituel et commençais même à me dire que c’était sans doute un autre signe (je reviendrai plus tard sur ceux qui ont précédé) que je devais moi aussi entamer le travail d’une année avec l’ouvrage From the Cauldron Born de Kristoffer Hugues, dans la suite de Rhi-Peann. Je l’imaginais aussi professionnel, avec une reprise de mon activité, un rythme pas évident avec mes trois heures de trajet quotidien et pensais que j’en viendrais à « tenir » les trois mois nécessaires puis à négocier une rupture conventionnelle… Je n’imaginais pas un instant qu’à ces deux axes un autre allait se rajouter sous la forme de ce déménagement, je n’imaginais pas non plus d’ailleurs que ce troisième axe allait peut-être remettre en question les deux premiers : est-il bien sage dans ce contexte d’entreprendre un travail sur une durée d’un an, est-il bien sage de lâcher un boulot qui finalement, avec la baisse significative du loyer me permettrait de me payer enfin ma formation à partir de septembre 2015 (ou 2016 si je veux prendre le temps de mettre de l’argent de côté) au lieu de devoir y renoncer comme je m’apprêtais à le faire ? A moins qu’il ne me faille foncer, tout ajouter dans le chaudron, laisser mijoter et voir ce qui en ressort ?

Et parlant de chaudron, je n’en ai toujours pas trouvé qui soit d’une taille pas trop imposante, dans mon budget et qui me plaise (encore que, déjà, si je trouve dans mon budget, je crois que ça me plaira !!)… et je ne le sens pas du tout d’utiliser une « vulgaire casserole » pour ce travail annuel avec From the Cauldron Born. Je sens que je vais devoir m’y résoudre pourtant, sous peine de n’en jamais démarrer la partie pratique (déjà que j’ai loupé la pleine lune de Novembre pour faire de l’eau lunaire…).

En attendant le chaudron en fonte pour y faire frémir ma mixture, en tous cas, dans mon chaudron en os, ça bouillonne fort !

Source image

2 réflexions au sujet de « Frémissements dans le chaudron »

  1. Quoi quoi ?? Oh là là, faut qu’on s’appelle ou qu’on se maile !!! Que de perspectives nouvelles 🙂
    Tant mieux !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web