… délivrééééééééée !
Oui, bon, d’accord, ma fille et son tout petit frère plus si petit que ça (même qu’il assure grave chez le dentiste (bon ok, il assure nettement moins grave pour ce qui est d’aller à l’école)) m’ont peut-être un peu contaminée avec ce film et sa bande son. Il n’en reste pas moins qu’au terme de la toute première séance de massage de mon ventre depuis… ouuuuh,  des lustres, je me sens libérée. Possible, est un autre des mots qui ont émergé au cours de cette séance. Et ça fait du bien. tout comme l’orangé presque rouge qui s’est coulé dans mon ventre et le feu qui y brûlait joyeusement. Et mon appétit en sortant, rien à voir avec du remplissage, non, j’avais faim, vraiment faim, faim de vivre, faim de me retrouver enfin….

Deux fois depuis presque un an, j’ai rencontré la frustration en séance quand je sentais que mon ventre aurait eu besoin / envie d’un massage mais que mon thérapeute n’a pas suivi. Et de fait, j’ai réalisé ce week-end que oui, il aurait pu me masser le ventre avant, mais à quel prix ?! Sûrement, j’en aurais été bousculée, ce que je voulais (tout mais ne pas rester enfermée dans ce marasme sans fin…) d’ailleurs, mais aurais-je pu gérer, intégrer ce qu’il serait advenu ensuite ? Je ne le pense pas. En revanche, là, c’était devenu possible. D’abord parce que le fait d’avoir retrouvé mon corps fait une sacré différence et ensuite parce que d’autres choses ont pu émerger entre temps et qu’il y a donc désormais la place pour tout ce qui va suivre ce massage.

Du coup, la page de journal pour essayer d’évacuer mon sentiment de perte de repères, que tout se trouve à l’envers, que je ne sais plus rien… commencée juste avant de partir en séance, s’est trouvée modifiée. Et c’est ok. Et c’est même ok de ne la terminer que deux jours après parce que le soir, je suis tout simplement épuisée (d’ailleurs, je suis étonnée de l’effet de la dernière pleine lune : habituellement, la pleine lune me tient éveillée, là, non, épuisée, vidée. Sans doute que ce qu’il se passe autour pour moi joue aussi, mais clairement, cette fois, mon énergie était drainée. Et vous (enfin, s’il y en a qui me lisent toujours ?), elle vous a fait un effet différent aussi, cette pleine lune ?).

20140911-artjournal

Je ressors aussi de cette dernière séance avec un sentiment d’apaisement sur un autre plan : j’évoquais justement cette perte de « savoir », le fait que toutes les connaissances accumulées sur les plantes, les pierres etc. se sont comme envolées et que, paradoxalement, alors que je me plains dans le même temps de ne plus « sentir », mon intuition me guide avec justesse vers les plantes / pierres (bon, ça n’est pas arrivé souvent non plus ces derniers temps, faut être honnête, mais à chaque fois que j’ai reconnecté avec cet élan de sorcière, ça a été avec justesse, comme je l’ai constaté ensuite a posteriori en allant chercher confirmation (ou pas) dans les bouquins). Je pestais de me dire que je ne pouvais plus expliquer, argumenter mes choix, me reposer sur un truc carré, rationnel… qu’à la limite, ça m’empêchait même de partager à ce sujet, de juste « sentir »…. quand M. Thérapeute m’a répondu ce truc tout bête mais qui m’a fait l’effet d’une claque : « c’est simplement que tu as pleinement intégré tout ça, ça se joue à un autre niveau maintenant, c’est une partie de toi ». Bon, en fait, je ne suis pas que apaisée par sa petite phrase, je suis aussi un peu tourneboulée et il va falloir que je prenne le temps d’intégrer ce que ça signifie pour moi et de voir comment cette donnée va, ou pas, orienter ma nouvelle pratique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web