Le désert, depuis janvier. Spirituellement parlant. Et ça me manque (ça, c’est mon temps quotidien à méditer, ce sont mes lectures druidiques ou autres, c’est la montée au Sentier…. entre autres).
Il s’est passé d’autres choses depuis janvier, hein, mais dans un moment où je me serais attendu à ce que le temps passé quotidiennement à mon autel contribue à me soutenir, je n’ai pu que constater qu’en fait je m’en suis éloignée.
De cette nuit d’il y a deux ans et demi, je garde le sentiment d’être encore séparée, pas entière, morcelée, facettée.
Si je chemine spirituellement, le reste est de côté, si je m’occupe du reste, le spirituel piétine… je suis fatiguée de me sentir divisée, je ne sais pas comment recoller les morceaux (oui, dans le même temps, je sens bien que la thérapie fait aussi avancer ça) et me sentir une, entière.

Je devrais me réjouir d’être sortie de ce tunnel de la dépression, d’ailleurs, je me réjouis.

Mais c’est juste qu’il reste encore tellement à accomplir pour… pour quoi, d’ailleurs ? Me sentir à nouveau « comme avant » ? Comme si c’était possible.
Je suis en manque.

Une envie ce soir, alors une bougie allumée sur un autel laissé poussiéreux pour ne pas risquer de réveiller le mini (ou pire, qu’il se réveille à peine le ménage terminé). Une unique bougie rouge, parce que c’est ce qui me parlait.

IMG_20140514_222815Et puis la réalisation que c’est la pleine lune, la Lune des Fleurs. Peut-être qu’en sous-main, sans le réaliser je suis encore « connectée » alors. Lune des Fleurs, lunes rouges qui reviennent.

Peut-être aussi le temps d’une bénédiction de l’utérus… j’ai perdu le fil…. moi qui voulais rejoindre un groupe, un cercle de femmes en début d’année… j’ai cherché, je n’ai pas pris contact… si j’avais tenté d’en organiser un chez moi, ça aurait sans doute été plus gérable, mais là, solo avec les enfants et le c* entre deux maisons, encore… je ne me vois pas me déplacer en les laissant se dépatouiller seuls. Mais j’ai ressenti ce besoin de connexion, et de connexion en réel, moi qui passe mes journées seule ou seule avec mes enfants. Je peux compter sur le doigt d’une main les vraies conversations avec un adulte qui ne soit pas le CTdP depuis ce début d’année :/… je n’ai rien fait pour faire bouger les choses en ce sens, cependant. Et puis j’avoue craindre de retrouver des personnes que je connais; personne en particulier, ce n’est pas que j’ai des inimitiés particulières, c’est juste que j’ai envie de nouvelles têtes, de neuf… pour ne pas, peut-être, avoir à expliquer ces 30 derniers mois.

Je suis en manque, je ne suis même pas sûre de savoir de quoi. Envie de secouer tout ça, de changer d’air, de lieu, de repartir à zéro plutôt que de reprendre le fil en fait.

3 réflexions au sujet de « En manque… »

  1. Des pensées… Je suis loin mais là
    Je t’ai laissé un message hier, je pensais à toi et voilà que tu postes

    • J’ai reçu le message, oui, merciii 🙂 !!
      C’est toujours compliqué le téléphone pour moi, et un mercredi en plus, je te dis pas :/, c’est pour ça que j’ai pas rappelé.

  2. C’est « amusant », je suis dans une phase similaire en ce moment. Ce besoin de réconcilier la femme et la sorcière, la vie « sacrée » de la vie « profane » … Comme toi, je savais très bien le faire avant, et maintenant une connexion semble ne plus se faire correctement … Mais j’y travaille (c’est difficile parfois)
    Bref, tout ça pour dire que je te souhaite bon courage … Ces moments sont durs, surtout la solitude, qui nous enfonce. Si tu as besoin/envie de papoter, n’hésite pas 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web