Rentrée trop tard et trop épuisée hier pour passer du temps à mon autel et célébrer la pleine lune. Ce sera pour aujourd’hui en journée ou ce soir, ça dépendra du mini et des moyens et grands.
Cette période de début d’année civile est vraiment bizarre, j’alterne les moments d’énergie, d’envies, d’élan avec ceux au cours desquels je suis rattrapée – et pas qu’un peu – par mon processus thérapeutique. Ces montagnes russes sont épuisantes, éprouvantes et difficile à vivre. Certes, je vis et ressens pleinement le flux, le reflux (ou la pulsation, si on veut se rattacher à la psychologie biodynamique) et ça m’aide à m’aligner sur le cycle lunaire, mais franchement, j’ai de sérieuses envies que ça se pose et se calme un peu, que je puisse reprendre mon souffle.
Sur une note plus légère, je suis assez contente de moi pour avoir réussi à récupérer une nappe d’autel tâchée de cire tombée dessus. J’avais gratté et passé en machine, mais la nappe restait tâchée, de la cire étant restée incrustée dans le tissu. J’ai tout simplement mis du papier absorbant sous et sur la nappe et repassé, repassé (à fer pas trop chaud, mais assez quand même pour faire fondre la cire) jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une auréole un peu grasse qui est partie au lavage, non sans un petit coup de savon au fiel préalable. Et voilà, ma nappe est comme neuve et prête à servir pour célébrer la pleine lune 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web