Ce matin, j’ai, sans surprise vu la nuit passée à avoir mal au ventre, mal dans le bas du dos et à ne pas pouvoir dormir, ré-attaché à ma cheville gauche la chaînette au coquillage avec les perles rouges et ressorti ce qu’il me reste de mensi (éponges). Contrairement à la coupe menstruelle, les mensi ont une relativement faible durée de vie ce qui explique qu’il m’en reste maintenant peu qui soient « en état », surtout que depuis mon dernier accouchement, je les préfère à ma fleur cup, aussi verte soit-elle. Je n’explique pas cette nouvelle préférence, moi qui ne jurais que par la coupe menstruelle depuis que je l’ai découverte et utilisée après le retour de couches suivant la naissance de ma fille, d’autant plus que mensi ou coupe, vu l’abondance de mon flux désormais, les deux sont aussi peu pratiques.
J’espère vraiment que cette année va me permettre de faire le travail sur moi que j’estime être nécessaire pour régler (sans mauvais jeu de mots) ce problème. Je me vois mal continuer jusqu’à la ménopause en ayant aussi peu d’autonomie avec ma coupe que c’est le cas actuellement : je vais reprendre le travail très bientôt et ça sera réellement problématique (accès aux toilettes difficile). Sans parler des maux de ventre, de dos, de tête etc. Bref, il faut que je fasse quelque chose, d’autant plus que je reprends le travail, mais pas seulement pour cette raison. Je n’envisage pas de recours à un traitement allopathique, je pense plus intéressant et porteur de m’intéresser aux causes de cette modification profonde du temps des lunes chez moi et de voir ce qu’elle a à me dire pour pouvoir revenir à un fonctionnement plus équilibré, sain. Je crois que je tiens un début de piste… en effet, j’ai réalisé il y a quelques jours, que depuis 15 ans, je suis enceinte régulièrement tous les trois ans : 1999, 2002, 2005, 2008, 2011. 2014 marquera la première année de ce cycle où je ne le suis/serai pas. Pas question d’avoir d’autre enfant, ne serait-ce que parce que le risque de rendre orphelins ceux qui sont déjà là est trop grand en cas de prochaine grossesse. Peut-être que je prendrais ce risque, si j’étais plus jeune, si j’avais moins d’enfants… mais là, je vais avoir 40 ans cette année, quatre enfants sont déjà là et c’est toute une aventure de les accompagner et ce dernier maternage proximal est plus qu’éprouvant pour moi… bref, il est temps pour moi de passer à autre chose que de devenir mère à nouveau. Même si ma tête sait que l’aventure maternité nouvelle est désormais terminée pour moi, j’en ai parlé ailleurs, je crois qu’il me reste un gros travail de deuil à faire et j’ai le sentiment que, certes le stérilet mirena et ses hormones ont plus que contribué à modifier mes cycles, aussi bien dans leur durée que dans leur expression, mais il y a aussi en ce qui me concerne, à ce point de mon histoire, une part non négligeable de psychologique dans ces règles hyper abondantes. D’où ma volonté de recommencer à faire plus que juste en noter les dates et l’abondance, une envie de les refaire miennes… je ne sais comment l’exprimer mieux, mes les réapproprier pleinement, les embrasser, comprendre ce que j’ai à entendre et soigner – je pense- ce qui doit l’être. C’était facile, il y a toutes ces années, de tenir un carnet de lunes, de créer pendant cette période, d’honorer mes lunes, d’observer les subtilités, de me sentir en phase… là, cela va être un défi d’arriver à trouver le chemin pour « reconnecter » quand il n’y a rien de subtil à observer, juste un bon gros pavé de « je me sens mal », « j’ai mal », « je suis d’une humeur massacrante » (avec tout le monde y compris moi)… mais je ne désespère pas.

J’ai été la première surprise quand le bâton de lune s’est imposé à moi lors de cette montée au Sentier. Je l’ai dit, à la lecture de l’article, j’avais trouvé l’idée intéressante mais ça ne me « parlait » pas. D’ailleurs, ça ne me parle toujours pas pour être honnête. Mais le bâton m’a appelée, et il m’a appelée pour devenir mon bâton de lune, alors je dois le faire. Je n’ai pas d’autres mots pour le formuler.

20140105-batondelune01
En fin d’après-midi, j’ai entrepris de finir d’enlever l’écorce du bâton (une bonne partie en était tombée quand je le ramenait à la maison) et j’ai commencé à le poncer. Oh, pas longtemps, j’étais trop dans le cirage pour y passer trop de temps. Je suis encore incertaine quant à la façon dont il sera décoré. Je ne sais pas sculpter, je vais sans doute pyrograver un ou plusieurs motifs. Du sang dans la cire qui servira à le recouvrir. Pour le reste, des rubans, des perles, des clochettes sans doute aussi, des plumes… je me laisserai inspirer par ce qu’il y a en stock à la maison, ce que je peux récupérer sur des vêtements…. on verra ce qui viendra le moment venu…20140105-batondelune02.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web