Journée… intense hier, après une nuit pourrie qui plus est. Je voulais cuisiner des petites gâteries pour le Solstice, prendre le temps de « préparer » un peu ma soirée mais impossible avec toutes les demandes des uns, des autres (même si en passant, j’ai réussi à acheter la grosse bougie que je voulais). Et puis c’était tout de même chouette d’emmener mes quatre gnômes à la patinoire (entre autres), de voir les deux grands aider le plus petit sur ses patins double-lames. Mais vers 18h00, j’étais épuisée et il fallait encore préparer le repas… j’ai fini par avoir trois minutes littéralement pour allumer des bougies en bas, pensant que ce serait la seule façon dont j’allais pouvoir marquer le Solstice. Mais en montant à mon autel pour chercher des bougies dans le meuble… la suite, je l’ai déjà évoquée hier. J’ai donc allumé plein de bougies en bas, l’autel qui n’en est pas vraiment un en bas sur le rebord de la fenêtre a repris du service, avec une spirale au lieu du labyrinthe.

Autel sur le rebord de la fenêtre

Fête des lumières…

Finalement, quand le mini s’est enfin endormi (à 23h38 !!), j’ai pris sur moi pour aller à mon autel alors que je tombais de sommeil. Je suis contente de l’avoir fait, ça m’a fait beaucoup de bien et puis je ne voulais pas laisser le geste touchant de mon grand tomber à plat. Nouvel autel donc (avec une spirale, écho de celle d’en bas), mon arbre des sabbats est ressorti et j’y ai accroché des rubans de saison, un bon coup de stick à la sauge, réflexion sur ce que je veux laisser dans la longue nuit et les lumières que je veux voir grandir, une méditation et voilà… relativement court, très simple, mais pas moins efficace, ne serait-ce que pour effacer les frustrations de la journée.

Autel pour Alban Arthan (2013)

Autel pour Alban Arthan (2013)

Autel pour Alban Arthan (2013)

Autel pour Alban Arthan (2013)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web