Troisième participation au Projet Tarot 40 lancé par Siùlòir Aisling. Cette semaine (oui, la majorité était favorable à un ralentissement du rythme, nous travaillons donc désormais sur le rythme d’une lame hebdomadaire), nous abordions donc la seconde lame, La Papesse.

Comme les semaines précédentes, je choisis de poser un regard aussi neuf que possible sur la lame et de me concentrer sur ce que je vois, ressens sans aller lire ou faire des recherches à son sujet (cette étape interviendra après publication de mon billet). Même choix également de travailler avec plusieurs jeux, toujours les mêmes, soit :

Osho Zen Tarot (tirage en ligne possible)
Tarot of Trees (le site officiel)
Tarot de Marseille (Camoin)
Aleister Crowley’s Tarot
Ansata Tarot (seulement les majeures)
Sensual Wicca Tarot

Une vue d’ensemble de ces lames pour commencer…

Comparatif / Descriptif
– 4 cartes sur 6 représentent la Papesse assise sur un grand siège / trône. vec les symboles des Arcanes Mineurs (épées, bâtons, coupes, deniers / pentacles), la carte de l’Osho Zen Tarot étant de toutes façons à part puisque la terminologie en est différente (la carte s’appelle Existence)
– 4 cartes comportent des représentations de la lune
– 3 cartes la montrent avec un livre
– 3 cartes également la représentent seins nus, tandis qu’elle est plus que couverte sur la lame du Camoin
– de façon intéressante, la carte du Sensual Wicca Tarot montre la Papesse accompagnée des symboles des Arcanes Mineurs, comme le Bateleur.
Comme la dernière fois, je vais revenir plus particulièrement sur certaines cartes.

camoin-lapapesse
Cette lame est celle du Camoin. Le dossier de la chaise sur laquelle est assise la Papesse est caché par une tenture dont les extrémités s’enroulent un peu à la façon d’un parchemin. Elle est tournée et regarde sur le côté et semble tendre le livre qu’elle à la main à une tierce personne que l’on ne voit pas sur la lame (transmission ?). Du moins c’était ma première impression. ensuite, je me suis dit qu’elle avait simplement le regard perdu dans le lointain, méditant sur le contenu du livre qu’elle vient de lire (le livre de la connaissance ?). Toutes les couleurs se trouvent sur son habit, marquant comme pour le Bateleur, même si elle semble avoir avancé davantage que ce dernier, tous les possibles encore en devenir. En revanche, sa position assise, le livre, la lourdeur et l’encombrement de ses vêtements marquent une nette différence avec le Bateleur : ce n’est pas dans le monde physique qu’elle va se développe, mais sur un plan intellectuel, spirituel. Les traits marqués autour de ses yeux me suggèrent l’expérience, la patience (ce qui est accentué pour moi par sa couronne). Je ne sais pas comment identifier l’ovale blanc sous sa manche droite : un oeuf ? Mais que vient-il faire là ?

ansata-highpriestessSur cette lame, celle de l’ansata Tarot, la Prêtresse (High Priestess) est également assise. L’ensemble du bâtiment + colonnes qui sont derrière elle font figure du dossier que ne comporte pas le simple bloc de pierre sur lequel elle est assise. Le ciel est noir avec une zone lumineuse  juste au-dessus du bâtiment. La mer se devine en arrière plan, avec ses petites vagues.  A ses pieds, de chaque côté, deux statues de sphinx : à sa gauche, une noire à barbiche et velue, symbolisant le masculin et à sa droite une blanche, lisse, aux seins nus symbolisant le féminin. entre la statue blanche et la Prêtresse, un serpent se mordant la queue (orobouros). Elle tient une sorte de lance dans sa main gauche, terminée par un genre de racloir, crochet ou je ne sais trop quoi en forme de V. Sa main gauche repose sur un livre ouvert, posé sur ses genoux. Son bras gauche porte un bracelet. La Prêtresse est voilée et torse nu. Entre ses seins pend un ankh. Au-dessus d’elle, le fronton du bâtiment qui se trouve derrière elle apparaît comme s’il s’agissait d’un élément de son voile / coiffe. il s’agit d’un croissant de lune dont les deux extrémités sont tenues par une femme nue qui partage ses jambes avec deux autres femmes nuues : une devant elle, tournée vers le bas et dont on ne voit que le dos et qui tient dans ses mains un poignard (gauche) et une clé (droite) et une derrière elle, arquée vers l’arrière, regardant en haut et qui tient un serpent dans sa main gauche et une torche dans sa main droite. Un autre serpent en enroulé autour du croissant de lune. A noter, la présence de deux têtes de chien à la base du croissant de lune.

(tentative d’)Analyse
Comme le Bateleur, la Papesse est à mon sens une carte de développement du potentiel. Cependant, elle est assise là où il est debout, c’est une femme et non plus un homme. Ce qui me vient, c’est la passivité, au moins apparente ou en tous cas sur le plan matériel / physique. Le livre, la tenture ou le voile suggèrent un développement non plus physique / matériel comme pour le Bateleur, mais intellectuel, spirituel, une croissance qu’on ne voit pas, cachée tout comme peut-être l’objet des réflexions qu’elle se fait. Elle me semble plus expérimentée que le Bateleur.
Alors que le Bateleur était solaire, la Papesse est lunaire. S’il était le feu, elle est l’eau. Je ressens bien la transition jusqu’à cette lame : le lien avec le Bateleur est évident, par toutes les oppositions entre ces deux lames et en même temps par la façon dont elles se complètent (deux aspects différents de la croissance, du développement).

Les mots-clés que je pourrai associer à la carte de la Papesse sont par exemple : connaissance, réflexion, patience, sagesse. Un dernier mot enfin sur la valeur renversée de la carte que j’associe à l’isolement, au retrait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web