J’ai pris le train en marche pour ce projet et décidé comme je n’avais pas énormément de retard de le rattraper avant de suivre le rythme proposé. Voici donc ma participation pour cette première lame.

Premier parti pris : essayer au maximum de poser un regard neuf sur le tarot, de me dégager de ce que je sais (assez peu) ou crois savoir (un peu plus sans doute). Puisque je sors de deux ans de « brouillard », ça sonne juste pour moi de faire table rase et de repartir du début. J’élimine donc volontairement tout ce qui pourrait me venir à propos du fou qui n’aurait pas été directement expérimenté / ressenti ici et maintenant. Et bien sûr, pas de lecture sur le tarot avant d’avoir publié mon billet. En revanche, post-publication, je vais non seulement aller lire / voir les productions des autres participants, mais ressortir mes quelques ouvrages sur le tarot.
Second parti pris : pour cette fois au moins, j’ai décidé malgré mon retard de ne pas aller au plus simple et de travailler avec toutes les cartes du fou en ma possession pour essayer d’en dégager les similitudes / différences dans un premier temps, avant de travailler plus étroitement avec celle des cartes avec laquelle je me serais sentie le plus à l’aise. Enfin, ça c’était le plan initial :)…

En l’occurrence, les jeux utilisés sont les suivants :
Osho Zen Tarot (tirage en ligne possible)
Tarot of Trees (le site officiel)
Tarot de Marseille (Camoin)
Aleister Crowley’s Tarot
Ansata Tarot (seulement les majeures)
Sensual Wicca Tarot
Une petite photo pour voir à quoi ces différents fous ressemblent…

PT40-FouEn haut, de g à d : tarot ansata – tarot de Crowley – tarto of trees

En bas, de g à d : camoin – osho zen tarot – sensual wicca tarot

Comparatif
– 4 cartes sur 6 représentent le fou / mat avec un animal (félidé ou canidé)
– 3 cartes sur 6 représentent le fou / mat avec un baluchon
– 2 cartes le représentent avec un bâton
– 2 cartes le représentent en équilibre au bord d’un abîme
Et je pourrai continuer comme ça un petit moment, avec la présence ou non d’oiseaux / papillons / montagnes / fleurs… et finalement ne pas arriver à en tirer grand chose de concret.

(tentative d’)Analyse

Après les avoir longuement observées, avoir médité dessus, eu des impressions liées à cette lame en montant au Sentier ou en dormant, ce que je retire de toutes ces cartes – en essayant donc de faire abstraction de ce que je sais ou crois savoir et en me basant uniquement sur les images, sensations que j’ai eues depuis que j’ai entamé ce travail – c’est d’abord celle de voyage, cheminement (oui, même avec la lame du Tarot of Trees où l’arbre ne bouge physiquement pas). Voyage, cheminement vers quoi au juste ? Je ne saurai le dire sur la base de ces seules cartes, d’ailleurs la destination est probablement sans importance, j’ai dans l’idée qu’il s’agit peut-être tout simplement du chemin de la Vie, ce qui s’accorde aussi avec le « voyage statique » de l’arbre du Tarot of Trees.
Le fou m’apparaît comme étant mû par son « noyau sain » avant toute chose; le noyau sain, c’est un concept de la psychologie biodynamique qui désigne la partie profondément vivante en chacun et qui n’est jamais autodestructrice. C’est la personnalité de base, dotée d’une disposition amicale envers elle-même et le monde, capable de plasticité face aux événements de la vie, de souplesse et de fermeté, de créativité et de protection. Le noyau sain est doté d’une capacité d’auto-régulation et permet d’accéder à une forme de bien-être indépendant. La personnalité primaire est l’expression du noyau sain dans le monde, elle est la manifestation du potentiel profond de chacun (citation de wikipédia).
C’est cet élan éminemment personnel qui fait qu’il peut être perçu justement comme fou, par exemple en avançant vers le précipice, pas seulement sans y prendre garde mais avec le sourire. Son avancée vers le précipice me fait à moi penser à – désolée pour la référence :p – Indiana Jones en quête du Graal, avançant avec foi, confiance au-dessus de l’abîme pour voir le chemin se tracer sous ses pas (thématique reprise aussi dans Prince of Persia mais là, je m’égare :D). S’il avance sans prêter plus d’attention que cela à son environnement, c’est qu’il a en lui tout ce qui est nécessaire pour suivre son chemin. Et agissant selon son noyau sain, librement donc, il est protégé.
Le baluchon dont il est porteur pourrait précisément représenter son essence, son potentiel profond donc, le seul bagage dont il a besoin pour cheminer. Dans la lame du tarot ansata on voit le manche d’un instrument à cordes dépasser de ce baluchon, symbole de la « musique de son âme » ?
Chacun des fous regarde soit vers le haut, montrant qu’il est en fait guidé par la plus haute autorité en ce qui le concerne (lui-même donc) ?, soit droit devant, parce que son chemin se déroule quoi qu’il en soi toujours droit devant lui mettant « échec et mat » (c’est bien le seul lien avec l’autre nom de la carte, le Mat, qui me soit venu; cela fait d’ailleurs partie des points que je vais creuser) les bien pensants, ceux qui savent « mieux que lui », les convenances.
Le Tarot de Crowley reste assez déroutant et hermétique pour moi. Je ne suis probablement pas assez versée dans l’art du Tarot et de la Cabbale pour en saisir toutes les subtilités. Toutefois, je note ce fait intéressant que le fou dans cette carte me semble masculin et féminin : si l’aspect général de son corps laisse penser au masculin, son sein droit lui évoque le sein nourricier de la mère / femme (je ne saurai dire en revanche ce qui s’en écoule).
Le Sensual Wicca Tarot est le seul ici à représenter le fou sous des traits féminins, en lien sans aucun doute avec l’esprit de ce tarot. Je note aussi la présence d’un livre dans sa main que j’associe au fait d’écrire le livre de sa propre vie.
Au final, la carte avec laquelle j’ai eu le plus d’affinités est, sans que ça soit une énorme surprise, celle de l’Osho Zen Tarot (et je note qu’elle est très similaire à celle du Tarot of Trees). Sa grâce, ses pas guidés par les étoiles dans ses yeux, son gilet unissant tous les éléments… sont autant de choses qui me séduisent.
Les mots-clés que je pourrais associer à la carte du fou seraient par exemple : intégrité, élan vital, insouciance, innocence, authenticité, spontanéité, commencement, liberté, protection.
Un mot pour terminer sur la valeur « renversée » de la carte : là pour le coup, j’aurais envie de parler de « folie », de déraisonnable. Ce serait le « coup de tête », bien différent du chemin s’écartant certes de ce qui semble raisonnable mais que l’on prend de façon centrée. La naïveté peut-être aussi.

Cette participation ne constitue bien entendu qu’une première approche, peut-être un peu naïve et demandant certainement à gagner en maturité et en expérience au fil du temps.

Et maintenant, chouette, je peux aller lire et écouter les autres participations 😀 !!!

N.B. : Si la photo des cartes est la mienne, d’où le maintien du filigrane, les droits des cartes sont bien évidemment la propriété de leurs auteurs / illustrateurs respectifs.

Une réflexion au sujet de « PT40-Le Fou »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web