En juin dernier, lors d’une visite chez le grand suédois proche de mon domicile (enfin, proche, c’est relatif) j’ai fait l’acquisition de deux sets (märit beige et märit noir) et d’un chemin de table (märit écru).
A la base, en fait, je voulais retrouver des serviettes de table comme celles que j’avais achetées dans le temps à Monoprix et qui m’avaient servi à faire ma nappe pour les esbats et plus récemment celle pour Alban Hefin, mais visiblement, y’en a plus chez Monop’, tout se perd ma bonne dame (il me reste encore de ces serviettes, en blanc, mais cette couleur ne m’inspirait pas).
Donc, quelques jours plus tard puisque j’étais – pour tout à fait autre chose mais qu’importe –  chez le grand suédois, j’en ai profité et j’ai trouvé ces trois articles qui m’inspiraient à peu près. Le set noir, évidemment était destiné à devenir une nappe d’autel pour Samhain; sauf que je ne l’ai pas terminée (ni même commencée) à temps et que je l’ai donc utilisé nature.
J’ai commencé lundi à travailler sur le beige, pour mettre enfin en pratique une idée que j’ai depuis que j’ai recommencé à travailler avec le labyrinthe. Feignasse que je suis, j’ai pas voulu m’embêter à retrouver mes craies de couture et j’ai tracé mon motif au crayon de papier… je me suis plantée dans mes calculs et j’ai réalisé une fois terminé (sinon c’est pas drôle) que mon labyrinthe n’était pas centré verticalement, c’est ballot. Pas grave, me suis-je dit, je vais décalquer pour pas recommencer à zéro, gommer et retracer. Sauf que, pas moyen de gommer. Bon, tant pis, je vais laver me suis-je alors dit, décidée à ne pas laisser tomber. Pas mieux. Au sortir de la machine, les traits de crayon sont encore visibles et ce suffisamment pour que je sois ce soir résignée à broder le motif en l’état et tant pis pour le centrage, je suis sûre que je vais trouver un moyen créatif de rattraper le coup. N’empêche, si j’avais pris le temps de ressortir mes craies…

20131104-nappeautelJ’ajouterai bien une photo de la broderie en cours mais je suis loin de tout appareil et j’ai un gnôme greffé au sein et endormi sur mes genoux… affaire à suivre :).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web