OZT54Dans une salle de cinéma, vous regardez l’écran, vous ne regardez jamais derrière vous, le projecteur est derrière vous. Le film n’est pas vraiment là sur l’écran ; il est uniquement une projection d’ombre et de lumière. Le film existe derrière vous, mais vous ne regardez jamais cela et c’est là qu’est le projecteur.
Votre mental est à l’origine de tout cela et le mental est le projecteur. Mais vous regardez toujours l’autre, parce que l’autre est l’écran.
Lorsque vous êtes amoureux, la personne semble belle, sans comparaison. Lorsque vous détestez, la même personne semble être la plus laide et vous ne vous rendez jamais compte de ce fait que la même personne peut être la plus laide, que la même personne peut être la plus belle…
Ainsi la seule façon d’atteindre la vérité est d’apprendre comment être immédiat dans votre vision, comment lâcher l’aide du mental. Cet agencement du mental est le problème, car le mental ne peut créer que des rêves… Par votre exaltation le rêve commence à ressembler à la réalité. Si vous êtes trop exalté alors vous êtes intoxiqué, alors vous n’êtes plus dans vos sens. Tout ce que vous voyez est alors uniquement votre projection et il y a autant de mondes qu’il y a de mental, car chaque mental vit dans son propre monde.

Osho Hsin Hsin Ming: The Book of Nothing, Chapter 7

Commentaire :

L’homme et la femme de cette carte se font face, pourtant ils ne peuvent pas se voir clairement l’un l’autre. Chacun projette sur l’autre une image qu’il a construite dans son mental, couvrant ainsi le vrai visage de la personne qu’il regarde.
Chacun de nous est pris dans des projections de notre propre fabrication sur des situations et des personnes de notre entourage. Cela se produit lorsque nous ne nous rendons pas entièrement compte de nos propres demandes, désirs et jugements. Au lieu d’en prendre la responsabilité et de les intégrer, nous essayons de les attribuer à autrui. Une projection peut être diabolique ou divine, dérangeante ou réconfortante, mais c’est néanmoins une projection ; un nuage qui nous empêche de voir la réalité telle qu’elle est.
La seule porte de sortie est d’identifier le jeu. Lorsqu’en vous surgit un jugement à propos d’une autre personne, retournez-le. Ce que vous voyez en l’autre ne vous appartient-il pas ? Votre vision est-elle claire ou opacifiée par ce que vous voulez voir ?

Je n’ai pas tiré de cartes depuis au moins 18 mois, et certainement depuis deux ans. Le temps file… par contre, je constate que pour peux que je sache écouter, l’Osho Zen Tarot me parle toujours aussi justement de la route à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web