lotus2Voilà, un clic et je viens de renvoyer mon travail sur la leçon 7. Une belle continuité avec la précédente, j’ai senti que ça coulait de source.

Je vais arrêter de m’étonner à chaque fois de ce que alors que je m’apprête à renvoyer le fruit de mes réflexions (déjà lentes…), paf, il se passe quelque chose qui vient compléter / bouleverser mon travail et qui me demande du coup du temps supplémentaire pour finaliser mon compte-rendu. J’attends le retour de ma mentor avec impatience, je manque de mots pour décrire une expérience, ou je n’ai pas les mots justes et peut-être qu’elle pourra m’offrir des pistes pour mieux exprimer ce qui pour l’heure n’est que du ressenti. Mais une petite voix me souffle que j’ai touché à l’inexpressible, à l’intransmissible…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web