Un effet du printemps (même si à voir le temps qu’il fait dehors, on n’y croit pas trop), de ma situation personnelle, une conjonction des deux ? Toujours est-il que je sens que tout ce qui était en gestation pendant les mois d’hiver pousse, arrive à la surface.
J’ai mon travail sur la leçon trois de l’Ecole du Lotus à rédiger, mais c’est juste affaire de me poser et de mettre en mots (avec retard, mais là aussi, ce retard systématique me parle ou en tous cas, a des choses à me dire, il faut encore que je sache l’écouter) ce qui mûrit en moi depuis quelques semaines.
Une petite graine semée il y a quelques temps a fini par germer, juste à temps. Je me suis inscrite dimanche sur La Toile du Wyrd, poussée par la conjonction de divers éléments (la présence de Freyja pour me guider n’en étant pas un des moindres) et voilà que j’y arrive juste à temps pour le début du second Atelier de Méditation sur les runes, atelier auquel j’avais très envie de participer. Pas de hasard… et comme toujours, tout est parfait. Je suis heureuse de pouvoir développer une plus grande proximité avec les runes, d’une certaine façon je sens que mon retour vers elles est lié à Pierre. Je pense que le fait d’être en groupe et dans un cadre me permettra d’être plus rigoureuse ou assidue que je ne le serais toute seule: j’ai tendance à être un papillon curieux (normal, pour une aegiale) et à vouloir aller partout, restant en surface à trop vouloir tout embrasser. J’ai cette envie, là, de me poser et d’approfondir. Pas intellectuellement, par des lectures, mais par une compréhension plus profonde parce que corporelle / spirituelle : à la fois une base solide (sentir dans le corps) et en même temps plus qu’une base, une compréhension se situant au-delà de l’intellect.

Je me pose des questions sur la succession de Déesses à mes côtés au fil des derniers mois (depuis mon inscription à l’Ecole du Lotus en fait). Un sentiment étrange, à la fois celui d’avoir toujours l’aide et le soutien dont j’ai besoin au moment où j’en ai besoin (et pour cela j’éprouve une gratitude immense) et dans le même temps, celui d’être une patate chaude qu’on se refile vite et que personne ne veut garder (et là, j’ai bien conscience que ce sont seulement mes peurs qui parlent). Je me demande là aussi si je ne papillonne pas, passant de l’une à l’autre. Si je ne sentais pas à quel point je continue de porter chacune d’elles en moi même après que sa présence à mes côtés ne soit plus aussi forte et évidente, j’aurais une impression d’inconstance. J’ai, à bien y réfléchir, plus le sentiment que cette succession est à la fois liée à mon mode de fonctionnement (m’intéresser à tout) et à mes besoins (qui ont changé très souvent, très brusquement au cours de la même période).
Je ne papillonne pas, je tourbillonne de l’une à l’autre, comme une danse, comme pour entrer dans la transe qui me permettra de L‘approcher davantage.

Une réflexion au sujet de « Energies montantes »

  1. Je me retrouve un peu en toi, papillonner, tout aimé, mais sans jamais prendre assez le temps e parvenir à l’essentiel… et je pense que la toile du Wyrd pourra nous aider à nous centrer un peu plus sur nos objectifs.
    Comme tu le dis si bien, il n’y a pas de hasards!
    Je ressent aussi un peu la même chose quand à notre Déesse, avant d’être au Lotus elle était Gaïa regroupant tous ses archétypes…(j’attends la 1ère leçon à ce sujet) mais choisir en particulier un ou plusieurs de ses aspects me semble difficile…
    Je la laisserai donc venir telle qu’elle le souhaite!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web