Amusant comme cette idée de lumière revient ces derniers temps; ils me voient lumineuse, éclairée, dans la lumière. Moi aussi je parle de lumière intérieure. Et l’ostéopathe-mtc-un peu barré me disait que j’étais dans une problématique très « phare » (qui j’éclaire ? où éclairé-je ?).
Ce n’est pas qu’amusant, c’est aussi chaud et doux et bon.

Hier dans la rue, un couple qui se tenait par la main. Une autre lumière : la certitude absolue, à cet instant précis, que pour cette vie-ci, je dois avancer seule avant tout. Accompagnée, certes, mais seule. Marchant côte à côte peut-être, pas dans la fusion. Seule, libre, autonome, sans béquille. Que c’est ce que j’ai à apprendre de cette existence. Que si Pierre est parti, c’est sans doute pour lui, mais également pour moi. C’est à la fois douloureux et « puissantifiant » comme constat.

Source image

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web