Je n’y peux rien. Nos échanges ont été tellement empreints de confiance, de respect, de sincérité, d’honnêteté tout au long de cette semaine que je ne peux m’empêcher d’avoir dans la tête la petite musique du Donjon de Naheulbeuk qui signale la montée en niveau des personnages. J’ai vraiment le sentiment que nous avons atteint un autre plan, un autre niveau, que nous avons l’un et l’autre monté une marche très haute et j’en suis heureuse.

J’ai parlé comme jamais, pendant toute une nuit. Il a écouté comme jamais. J’ai dit des choses tues  depuis des années, des mois, des jours, des choses que je pensais ne pas pouvoir lui dire, ne jamais pouvoir lui dire. A son tour il a confié des choses, a pris conscience de beaucoup d’autres. Le voile entre les mondes au plus fin, le voile entre nous aussi…

Nous ne sommes plus un couple, nous ne sommes plus mari et femme. Et j’ai le sentiment que notre relation s’apprête à être bien plus vraie et forte que ce qu’elle a été pendant toutes ces années « en couple ».

Là, ce soir, je me sens libre, vraie, authentique. Et je savoure.

13 réflexions au sujet de « Vous montez d’un niveau »

  1. Je suis contente que vous ayez pu discuter et chacun dire à l’autre ce qui était tu depuis apparemment si longtemps.
    Alors si j’ai bien compris vous vous séparez (oui parfois il faut me dire les choses très explicitement lol) ?

    Le début d’une nouvelle ère dans ta vie ?

  2. C’est bien que vous avez pris le temps chacun de parler, laisser l’autre parler et surtout écouter l’autre. Je te souhaite une belle renaissance 😀

  3. Oui, Nolwenn, tu as bien compris: nous nous séparons, à mon initiative.

    Merci à toutes les deux pour vos pensées et souhaits….

  4. … que dire… Je voudrais vous adresser toutes mes félicitations pour avoir passé ce cap ensemble. Et vous souhaiter le meilleur pour la suite. C’est une des plus grandes richesses de l’existence que vous avez trouvée.

  5. Je te vois… comme si tu venais d’ouvrir une trappe au-dessus de ta tête, et que tu débouchais en haut d’une petite colline sous un ciel bleu, avec un panorama infini, laissant la possibilité d’explorer une infinité de chemins.
    De cette trappe, tu tends la main à ceux qui t’ont accompagnée jusque là pour qu’ils sortent eux aussi « là au-dessus », et avant de continuer, les uns avec toi, et d’autres sans toi, vous prenez le temps de savourer… Des chemins vont vous éloigner, mais jamais sans se perdre de vue, parce que l’horizon est dégagé à sa juste mesure.
    Quelque part, une hutte t’attend. La tienne seulement. Celle qui sortira de l’intérieur de toi.

  6. @Valiel : merci !!

    @ N. : dans la série « tu es connectée », après l’infini, voilà la hutte… je te raconterai quand on se verra « en vrai » (tout bientôt, OUAIIIIIIIIIS !!!!). En tous cas, là, j’ai un sourire jusque là 😀

  7. 😀 (c’est une vraie vision que j’ai eue ! Et que j’ai écrite en live… similaires à ce que je ressentais quand je faisais mes séances de rêves éveillés…). siUsoon IRL !

    • Vivi, j’ai bien compris que c’était une vraie vision… c’est pour ça que la hutte et tout, c’est hyper connecté…..

  8. Cant’ WAIT to be there…. sorry. Je crois que je dois confondre avec une autre expression.

    • Oui, « can’t stand », c’est que tu ne supportes pas :)… tout le contraire des Sauvas, quoi 😀

  9. Je sais bien au final !!! Je pensais aux Sauvas avec l’envie d’y être et quelque chose d’autre m’énervait ici… la pensée multitâche me joue des tours !!! J-4. Youhou !

  10. Ah, le nombre de fois où la pensée multitâche m’a joué des tours mais où je ne m’en suis rendue compte qu’ensuite….
    J-2 🙂 !!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web