OZT- 29 : ConfianceNe gaspillez pas votre vie pour ce qui va être emporté. Faites confiance à la vie. Si vous faites confiance, alors seulement vous pouvez lâcher votre savoir, alors seulement vous pouvez mettre votre mental de côté et avec la confiance, quelque chose d’immense s’ouvre. Alors cette vie n’est plus une vie ordinaire, elle devient pleine de Dieu, débordante.
Lorsque le cœur est innocent et que les murs ont disparu, vous êtes relié à l’infini. Et vous n’êtes pas trompés ; Il n’y a rien qui peut vous être retiré. Ce qui peut vous être retiré n’est pas intéressant de garder et ce qui ne peut pas vous être retiré… pourquoi devriez-vous avoir peur que cela le soit ? Cela ne peut pas vous être retiré, il n’y a aucune possibilité. Vous ne pouvez pas perdre votre vrai trésor.

Osho The Sun Rises in the Evening Chapter 9

Commentaire :

Le moment est maintenant venu d’être un sauteur de saut à l’élastique sans élastique !
Et c’est cette qualité de confiance absolue, sans réserve ni filet de sécurité secret, que le cavalier de l’Eau nous demande. Il y a un tel sentiment d’allégresse si nous pouvons faire le saut et entrer dans l’inconnu, même si l’idée nous effraie à mort.
Et lorsque nous élevons la confiance au niveau d’un saut quantique, nous ne faisons aucun plan ou préparation élaborée. Nous ne disons pas : « bon, je sais ce que je vais faire maintenant, je vais organiser mes affaires, boucler ma valise et la prendre avec moi ». Non, nous sautons simplement, avec à peine une pensée pour ce qui se passera ensuite. Le saut est ce qui importe et le frisson qui va avec lors de la chute libre dans le vide.
La carte nous donne ici un éclairage, sous-entendu, sur ce qui nous attend de l’autre côté – un accueil doux, savoureusement rose, des pétales de roses… savoureux non ! Alors venez !

Comme je le disais mardi: « ça » arrive, tout comme « ça » avait poussé. Les choses sont l’évidence même et quand c’est l’évidence, il n’y a pas de place pour le « calcul », l’organisation. C’est, tout simplement. Sans question. Sans justification, sans explication. C’est.

Je sais que l’accueil est doux de l’autre côté, depuis mon retour je sens mon coeur, mon « noyau » apaisé. C’est toujours tumultueux en surface et il me faudra sans doute du temps pour calmer ces tempêtes-là. Mais au centre, au fond, bien caché, c’est calme, je suis apaisée… pas d’autre mot. La clé qu’il me manquait depuis 35 ans a fait surface et depuis, tout est différent. Subtilement, mais profondément.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web