Je souris en constatant qu’il y a trois ans presque jour pour jour je postais ailleurs un billet expliquant pourquoi je venais d’emprunter à la bibliothèque municipale, un livre de Jacques-Louis Rondeleux intitulé Trouver sa voix : petit guide pratique de travail vocal. Ouvrage que j’ai de façon amusante trouvé à Emmaüs peu de temps après et complètement par hasard, vous savez, celui qui n’existe pas. Je suis franchement amusée en constatant qu’une recherche ici sur le mot clé « voix »  renvoie à ce billet, écrit il y a un an presque jour pour jour. Que se passe-t-il donc pour moi en décembre pour que régulièrement ces questions de voie / voix reviennent faire un tour sur le devant de la scène ? J’ai l’impression d’une respiration cyclique, d’un long souffle… la certitude qu’en creusant dans mon enfance, je trouverai des dates qui ne seraient pas des coïncidences.

Je n’ai pas exercé ma voix depuis ce dernier billet. Tout au plus ai-je davantage expérimenté le simple plaisir de chanter, essentiellement en voiture et toujours par dessus la musique jouée par le lecteur. Mais c’est déjà un pas immense si l’on considère que le chant ne fait pas partie de mes habitudes, de ma « culture ». En parlant  samedi dernier de tout à fait autre chose avec une amie (numérologie, identité et prénoms si vous voulez tout savoir), elle a mentionné l’ouvrage de Philippe-Nicolas Mélot, Mettez du « ki » dans votre voix. Ouvrage qui m’avait déjà été conseillé ailleurs il y a bientôt trois ans. Ouvrage qu’elle m’a aussi sec ou presque prêté et que j’ai dévoré hier. Et aimé.

Depuis septembre je repousse le moment de prendre contact avec la professeur de chant dont cette amie m’a donné les coordonnées : pas le moment, trop compliqué logistiquement, pas évident financièrement. Après cette lecture, je sais qu’en janvier je décrocherai mon téléphone pour la rencontrer et que j’arriverai à me débrouiller d’une façon ou d’une autre pour prendre un cours hebdomadaire avec elle, sous réserve que le courant passe bien entre nous. Et je sens mon corps tout entier sourire, s’ouvrir à cette perspective. Cette fois, c’est le bon moment.

4 réflexions au sujet de « La voie vers ma voix »

  1. Quelle joie :-))

    Ce qui serait fou, ça aurait été que tu trouves le bouquin à Emmaüs avec cette même amie, mais faut pas pousser trop loin les synchronicités non plus 😀

    Beau chemin, belle voie, belle voix, j’en ai des frissons pour toi !
    Love,
    M’J

    • Des BizZzZzzes aussi… j’ai l’impression que ça « frétille » pas mal aussi de ton côté de l’Océan…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web