J’ai envie ce soir de me poser.
De faire le point sur le cycle de dévotions à Tara que j’ai entamé.
De poser les mots, de dire que je me suis laissée distraire, éloigner par les mille et une choses du quotidien, par les imprévus…
Que je n’arrive pas, plus à sentir la présence de Tara, que Kali me semble avoir pris sa place et que je ne sais pas quoi faire; je me sens désemparée.
Je me sens indigne parce que je n’ai pas tenu les engagements que j’avais pris concernant ce cycle de dévotions, envers moi-même mais aussi et surtout envers Tara.
Et hier, j’ai reçu un bol pour remplacer celui qui était arrivé cassé. Ca m’a fait me sentir encore plus moche, même si j’ai eu un sentiment de réparation d’une certaine façon.
Je ne sais pas quoi faire : continuer ce cycle de dévotions comme ça, en pointillés de façon bancale par rapport à ce que jenvisageais, ou reconnaître qu’il était peut-être bien trop tôt pour moi et avoir la sagesse de l’interrompre ?

4 réflexions au sujet de « Le point… »

  1. Coucou!

    J’entame ce soir mon propre cycle de dévotion. Si tu veux, nous pouvons reprendre nos échanges par mail à ce sujet 🙂
    Franchement… je pense que tu ne dois pas te laisser faire par les mille et une distractions du quotidien. Ta volonté doit être la plus forte. Dis à Kali que ton quotidien est pour l’instant consacré à Tara et que tu lui consacreras de ton temps une fois cette dévotion terminée! J’avais parlé de blocages, tu l’expérimentes, c’est la même chose lorsque tu travailles la méditation de manière très approfondie, parfois tu vis des blocages où tout te semble stérile et où ça te semble inutile. L’important c’est de continuer et d’atteindre ton but. Tu en as les moyens, il faut juste te les accorder, comme un cadeau que tu te fais à toi-même et que tu fais à Tara 🙂

  2. On honore la Déesse comme on le peut en fonction de nos obligations de vie et de nos capacités transitoires. Le chemin n’est pas le même pour chacune. Certaines choisissent de (et peuvent) se retirer du monde, d’autres choisissent de s’accomplir et d’honorer au travers de leur vie de femme active ou de mère ou de sportive, ou…, ou…
    Peut-etre que le séjour méditatif te permettra d’achever ce cycle mais ne te déconsidère pas parce que tu n’as pas tenu des engagements que tu t’étais fixés. A petits pas, on fait ce qu’on peut et ce qu’on doit.
    Je t’embrasse.

  3. Je suis parfaitement d’accord avec toi Taari 🙂 Néanmoins je pense quand même que lorsqu’on choisit de consacrer une période donnée à une divinité, on doit s’y tenir, faire preuve de persévérance. Personnellement, je trouve qu’en 9 semaines notre vie peut énormément évoluer et c’est ça que je trouve génial, c’est d’arriver à intégrer une pratique dans notre quotidien, quoi qu’il se passe 🙂 Bien sûr, ceci ne reste que mon avis, après je pense que tu dois avant tout faire ce que tu sens 🙂

  4. @Cerry : Je suis assez d’accord avec toi quant à l’engagement pris et au fait de s’y tenir. Surtout parce que clairement, mes obligations de vie auraient pu ne pas empiéter sur mon cycle de dévotions si j’avais été un peu plus organisée, exigeante avec moi-même. Etais-je capable d’être plus exigeante avec moi-même, pas certain…
    @Taàri : oui, nos capacités sont transitoires, mais je trouve qu’en ce moment je suis trop « laxiste » avec moi-même, je laisse couler. Et j’ai besoin de retrouver ce « centrage », de pouvoir être exigeante avec moi-même, au moins à la hauteur de ce que je peux fournir en ce moment, et clairement, je pourrais fournir plus, si je me bottais le derrière. Je n’aime pas me sentir en train de me laisser porter, balloter… besoin de reprendre contrôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web