violonIl y a un peu plus de 19 ans, mon grand-père décédait. Plusieurs années après sa mort, le temps ayant fait son oeuvre, ma grand-mère a pu ouvrir la malle en bois remplie de ses affaires. Elle y a trouvé, surprise, deux violons. Personne ne savait qu’il possédait ces instruments, personne ne savait qu’il en avait joué.
J’ai demandé à pouvoir conserver l’un des deux instruments que j’ai confié à un luthier pour une remise en état. Fracture de table, décollements, cordes à changer, chevalet également… il a été reverni et j’ai commencé à apprendre à en jouer. Pendant deux ans. Avant de déménager et de ne pas trouver de cours à un tarif abordable dans ma nouvelle ville. Et puis je suis devenue mère… 12 ans après l’avoir rangé pour la dernière fois dans son étui, mon instrument a repris le chemin de la lutherie. Un p’tit coup de colle, un nouveau chevalet, de nouvelles cordes. Je l’ai ressorti cet après-midi. Et j’ai tenté de rassembler mes souvenirs et mon oreille pour jouer des gammes. Peu concluant… 100 fois sur ce métier, je remettrai mon ouvrage, avec la méthode Lesseur. Mais je veux que ces cordes vibrent à nouveau, je veux que le violon de mon grand-père vive à nouveau. Je veux être capable de jouer un jour ce morceau de Bach qui me remue toujours au plus profond.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web