OZT - 05 : Comparaison

OZT - 05 : Comparaison

La comparaison amène l’infériorité, la supériorité. Lorsque vous ne comparez pas, toute infériorité, toute supériorité disparaissent. Alors vous êtes, vous êtes simplement là. Un petit buisson ou un grand arbre , cela importe peu ; vous êtes vous-même.
Vous êtes nécessaire. Un brin d’herbe est tout aussi nécessaire que la plus grande étoile. Sans le brin d’herbe Dieu sera moins qu’il n’est. Ce chant du coucou est aussi nécessaire que n’importe quel Bouddha. Le monde sera moins, sera moins riche si ce coucou disparaît.
Regardez autour de vous, tout est nécessaire et tout a sa place. C’est une uni-té organique, personne n’est plus haut et personne n’est plus bas, personne n’est supérieur, personne n’est inférieur. Tout le monde est incomparablement unique.

Osho The Sun Rises in the Evening Chapter 4

Commentaire :
Qui prétend que le bambou est plus beau que le chêne ou le chêne plus précieux que le bambou ? Pensez-vous que le chêne souhaiterait avoir un tronc creux comme celui du bambou ? Le bambou se sent-il jaloux du chêne parce qu’il est plus grand et que ses feuilles changent de couleur en automne ? L’idée même des deux arbres se comparant semble ridicule, pourtant, nous les humains, semblons trouver cette habitude très difficile à lâcher.
Soyons réaliste, il y aura toujours quelqu’un qui sera plus beau, plus doué, plus fort, plus intelligent ou apparemment plus heureux que vous ne l’êtes. Et réciproquement, il y aura toujours quelqu’un qui sera moins privilégié que vous dans tous ces domaines.
La façon de découvrir qui vous êtes n’est pas de vous comparer à d’autres, mais de regarder en vous pour voir si vous réalisez votre propre potentiel de la meilleure façon qu’il vous soit possible.

Je suis heureuse de la présence de ma soeur à la maison depuis hier. Mais je me sens mal à l’aise également… parce qu’elle est tout ce que je ne suis pas d’une certaine manière, parce qu’être en sa présence me fait toucher du doigt toutes mes « inadéquations », parce que bien que son aînée, quand elle est là, je me sens petite, insignifiante. Cette carte me ramène là où je devrais être : ici et maintenant, en moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web