Depuis hier en fin d’après-midi, je me sens femme-serpent, femme qui mue. Des petits morceaux de peau colorée partent de mon tatouage, un peu comme si je pelais après un coup de soleil, et ça me démange. Rien que de très normal, ces petites peaux puisque je n’ai finalement pas choisi la cicatrisation en milieu humide mais ai plus classiquement décidé de suivre les consignes du tatoueur : crémage et compresse juste après le tatouage, à renouveler quelques heures après et dès le lendemain, simple crémage pluri-quotidien sur un tatouage laissé par ailleurs à l’air libre. Si j’excepte ces peaux, ou croûtes, que j’ai soin de ne pas volontairement enlever, mon tatouage a par ailleurs un très bel aspect. Plus je le vois, plus je suis convaincue qu’il est ce qu’il doit être et là où il doit être… c’est d’ailleurs presque comme s’il avait toujours été là, toujours fait partie de moi. D’une certaine façon, peut-être que c’est vrai, qu’il ne se révèle que maintenant, qu’il ne me permet que maintenant de mettre le doigt sur des choses qui sont en moi depuis toujours.
(Je dois dire au passage que les démangeaisons sont plus désagréables pour moi que le tatouage lui-même ne l’a été :))
Quoi qu’il en soit, je me sens tellement forte depuis samedi que cette idée de mue, d’adaptation à ce nouveau moi, plus ancrée, plus forte, plus solide et plus proche de qui elle est vraiment me plaît bien. Et qui sait, c’est peut-être également un pas de plus vers ma réconciliation avec le serpent ?

2 réflexions au sujet de « La mue du serpent »

  1. C’est exactement ce qui me vient à l’esprit : une mue… Mes voeux t’accompagnent sur ce chemin !

    En général, j’ai du mal avec les années impaires, mais il me semble que 2009 sera totalement différente… Pour moi, c’est une année « 1 », et puis il a quelque chose de rond et rassurant dans ce nombre qui me fait dire que cela ne sera pas une année « entre parenthèses »… je te souhaite tout cela à toi aussi !

  2. Merci pour tes voeux…
    Je te souhaite une belle année impaire qui soit tout sauf entre parenthèses ! Qu’elle soit vécue pleinement, tout simplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web