Nous avions rendez-vous à 16h15 aujourd’hui encore, cette fois avec un thème tryptique dans lequel chacune pouvait piocher ce qui lui parlait le plus : vie / voie / vérité, les « 3 V » quoi :).
Pas de balado-diffusion pour moi cette fois, mais Deval Prema en fond sonore avec Dakshina. Je me suis relaxée assez vite, même si j’ai eu froid. Mes pensées ne se calmaient pas, mais j’étais zen : ni fuir ni poursuivre, je les ai laissées venir et repartir, passer sans s’arrêter. Parmi les images que j’ai vues, celle de nous trois en train de faire une ronde dans le ciel comme des sky divers m’a marquée.
A un moment donné, j’ai eu une espèce de sursaut comme je peux avoir parfois juste avant de m’endormir, je n’ai pas rouvert les yeux, je ne suis pas sortie de ma relaxation pour autant. Par contre c’était bizarre: j’avais le sentiment de ne plus être là dans mon corps. Je sentais encore ma respiration mais là où d’habitude avec mon souffle je fais circuler l’énergie partout dans mon corps, consciente de mes doigts, mes bras etc., là, je ne sentais plus les contours de mon corps, on aurait dit que je n’étais plus dans mon corps ou que j’étais immense, sans fin. De ne plus sentir mon corps et ses limites, j’avais l’impression qu’il était engourdi, mais ce n’était pas ça. J’ai presque paniqué, presque parce que c’était étrange comme sensation mais en même temps j’étais tellement bien qu’il n’y avait pas de raison de paniquer. Et puis pouf, je suis sortie de cet état, je n’ai pas cherché à reprendre le fil, j’ai bougé les doigts et les mains tout doucement pendant quelques secondes, et là mon timer a sonné la fin de la méditation. J’ai été heureuse d’en sortir spontanément sans le bip-bip du minuteur.
Je ne me sens pas plus avancée dans les questions que je me pose, je ne sais pas plus quelle est la voie que je dois suivre mais je me sens au moins plus calme, centrée, apaisée. C’est déjà ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web