… j’ai reçu samedi la proposition de motif pour mon tatouage. Imaginez-moi avec des ressorts sous les pieds en train de sauter partout, boing boing boing…
Il me plaît !!! j’adore les couleurs, j’aime que la triple lune ne soit pas directement visible même si j’hésite encore sur l’orientation du motif. Je vais d’ailleurs prendre des photos de mon dos et bidouiller un peu pour faire des essais « presque comme en vrai » et voir vraiment ce que ça pourrait donner. Bref, ça se précise, concrétise et je suis heureuse (mais pas prête à partager le motif avant sa réalisation, sauf à quelques personnes chères).
Côté soins, je pense opter pour la cicatrisation en milieu humide, j’ai encore quelques points à éclaircir et surtout il faut que j’arrive à me procurer le nécessaire en pharmacie.
En avril, j’ai voulu symboliquement me faire couper les cheveux. Si je regarde en arrière, toucher à mes cheveux a toujours été quelque chose en lien avec des événements, des choses fortes dans ma vie adulte qu’il s’agisse de teinture (noir corbeau quand j’avais 20 ans, roux flamboyant 4 ans plus tard) ou de coupe (brosse ultra courte à 20 ans…) : mes changements, mutations profondes ou hésitations se traduisent le plus souvent aussi capillairement. Je voulais aussi fin avril aller au hammam, dans le même esprit de laisser derrière moi des choses, de faire place nette. Je n’avais pour diverses raisons pu faire ni l’un ni l’autre. Et si je n’ai plus envie de renoncer à ma longue chevelure, je ressens tout de même un besoin de changement à ce niveau. Je crois que je vais passer faire un tour chez le coiffeur *avant* le tatouage :). Je prendrai soin de garder assez de longueur pour pouvoir envisager la pose de dread wools (vertes) dès le début 2009. Et pour ce qui est du hammam, c’est en cours d’organisation : il va falloir se dépêcher pour faire ça *avant* le tatouage, parce qu’ensuite cela sera impossible jusqu’à la fin de la cicatrisation.
Il va me falloir fouiller les cartons pour trouver celui qui contient mes tissus, j’en ai un vert en tête, qui devrait si je me fie à mon souvenir pouvoir convenir pour la réalisation d’une jupe thaï, qu’elle soit en version 2 panneaux, comme celle commandée récemment sur La p’tite sauterelle ou en version « pantalon thaï décousu » comme sur ce tutoriel.
Je suis surprise de me voir investir autant ce tatouage, en tous cas de me voir l’investir aussi sur le plan « extérieur » : j’ai vraiment envie d’être dehors exactement comme je me sens dedans !

4 réflexions au sujet de « Ca se précise… »

  1. C’est super tout ça. J’imagine parfaitement l’attitude « montée sur ressort » 😉

    Ca m’intrigue ces trucs de cicatrisation (j’y pense pour mes prochains tatouages)… mais sur le lien que tu avais mis je n’avais pas compris grand chose

    PS: je pars dans 20 jours, ça te dit un ptit échange NSP ?

    Bisous, je pense à toi.

  2. Pour la cicatrisation, c’est tout simple : application d’un « film plastique » respirant de façon à laisser le tatouage en milieu humide (pas de croutes) mais sans macérer. C’est le corps qui fait tout le boulot, et il est prévu pour bien faire les choses. C’est moins contraignant comme ça : le film plastique n’est à changer qu’en cas d’exsudat trop important ou de rejet d’encre et de toutes façons après 4-5 jours (selon la durée de vie indiquée par le fabriquant).
    J’ai des choses en attente pour ton colis NSP, mais je me dis qu’en cette période de fêtes de fin d’année on risque des retards, non ?

  3. Coucou Marsupaégiale !

    Dis donc, ton post me fait penser à la méditation, que je suis en train de découvrir, et qui parait-il permet d’aider à la cicatrisation… ca peut s’envisager, si ça te convient, en complément de la cicatrisation en milieu humide que tu prévois ^^

    Et je te félicite et t’admire pour ton « harmonisation » extérieur/intérieur que tu arrives à opérer… ce sont des moments à apprécier dans toute leur puissance ! Profites-en bien et le plus longtemps possible !

  4. Oui, Rhi, la méditation, l’EFT font aussi partie des outils que j’ai dans ma trousse pour le pendant comme pour l’après; d’autant que vu la difficulté (et le prix) pour trouver du film polyuréthane de dimension approchant celle du tatouage, je risque de me rabattre sur une cicatrisation classique.
    Mon harmonisation… tu vas vite en besogne 🙂 : j’essaie, je n’y arrive pas toujours, c’est un idéal vers lequel je tends…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web