tiwazJe vais avoir un sérieux travail de méditation à faire pendant ces quelques jours que je passe seule à la maison.
J’ai enfin reçu une réponse de l’administration à mes questions concernant les modalités d’un contrôle auquel nous seront bientôt soumis. Ce qu’ils envisagent correspond à leur interprétation des textes de loi et témoigne grandement de leur incapacité à s’adapter à une situation nouvelle (mais que l’administration s’adapte, voilà qui serait surprenant), ce qui au passage et tout à fait ironiquement fait partie des choses qu’ils attendent de mon fils (puisqu’il est concerné). Je nous sais capables de sauter dans les cerceaux qu’on va nous présenter, je nous sais capables de leur montrer ce qu’ils veulent voir. Mais je n’en ai pas envie, par principe. Parce que ce contrôle n’a pas à se passer selon leurs termes, parce que la loi est de notre côté. Et même leur circulaire interne.
Mais si je réfléchis bien, en ce moment, je n’ai pas vraiment d’énergie à dépenser pour faire entendre mes droits à des sourds formatés… Et qu’en plus, eux envisagent en toute honnêteté que cette situation sera sans stress et respectueuse : je ne lis pas dans leurs ligne de volonté de nous coincer ou de nous nuire, juste des gens qui ne peuvent en toute bonne foi faire autrement que comme d’habitude. Nous sommes en pleine préparation du déménagement, je ne suis pas suffisamment sereine et zen pour être capable d’une discussion qui ne serait pas *très animée* avec eux (comprendre un gros clash qui pourrait là, pour le coup nous nuire, la diplomatie n’étant pas mon fort, surtout en face à face). Je n’ai de surcroit pas le temps de boucler la préparation du dossier que je comptais proposer comme alternative à leur mode de contrôle (sauf à ne pas encartonner et / ou me coucher tard).
Bref, je me demande si je dois m’asseoir sur mes principes (ne pas laisser ce contrôle se passer autrement que dans le strict respect de la légalité) ou donner dans le compromis pour avoir la paix au plus vite et pouvoir me consacrer à autre chose.
Je suis vraiment mal à l’aise avec le fait d’accepter de nous soumettre à quelque chose qu’ils ne sont pas supposés faire, j’ai le sentiment que c’est le genre de comportement, de non-refus des abus de l’administration qui a par le passé, et même encore au présent, fait le lit d’horreurs… j’ai le sentiment de me trahir quand j’envisage de les laisser faire. Et d’un autre côté, je ne me sens ni le temps ni l’énergie de me battre là, maintenant, contre des moulins à vent.
Aucune alternative ne me convient, quoique pour des raisons différentes… peut-être que méditer me permettra d’entrevoir la voie du milieu, celle avec laquelle je serais complètement à l’aise, la voie de l’harmonie.

Source image : rune tiwaz, sur le site de Serena Powers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web