Il y a 13 ans qu’elle a cessé d’écrire. Si la pratique pouvait en ce temps-là lui permettre d’arriver à et de maintenir un certain niveau d’illusion, sans elle, il ne reste que la réalité et sa désolante nudité.
Certains savent jouer des mots, des notes, des couleurs, des images.
Pas elle.
Rien.
Rien à sa disposition pour extirper ce qui la ronge.
Rien pour sublimer ou même simplement dire, avec aisance et sans affectation ce que masque un quotidien depuis trop longtemps vidé de sens autant que d’espoir.
Continuer, comme un automate, jusqu’à imploser de ne pouvoir dire tout comme il y a 13 ans elle avait explosé d’avoir trop à taire.

Une réflexion au sujet de « Sans mots »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web