Si j’ai bien écrit mes MP tous les jours jusqu’à maintenant, elles n’étaient pas longues de trois pages à chaque fois. Je ne suis pas sûre que ça soit réellement important. J’interprète peut-être un peu largement ce que dit Julia Cameron, mais je vois ces MP comme un moyen de me faire prendre conscience de dégager du temps pour explorer ma céativité est quelque chose d’important, de légitime.

Ce n’est pas une question de performance (écrire 3 pages) ou de durée (y passer 15 minutes, une heure…) c’est un état d’esprit : prendre le temps de reconnaître, de célébrer, d’honorer cette partie créative en nous. J’avais bien aimé l’entrée de blog que j’ai relue avant-hier où la personne (désolée, je ne rerouve pas qui, mais si ça me revient, je mettrais un lien vers son post) disait en substance qu’elle ne se reconnaissait pas dans le tableau « shadow-artist » ou artiste bloqué auxquels Julia Cameron semblait s’adresser exclusivement mais qu’elle avait malgré tout trouvé son compte à suivre The Artist’s Way parce que ce dont elle avait besoin elle, c’était de prendre le temps de, d’inclure ces rendez-vous quotidiens avec sa créativité.
Même Julia Cameron prévoit que les Morning Pages ne soient pas faites tous les jours : dans
le check-in de fin de semaine elle demande combien de fois elles ont été faites, espérant que ce soit 7 fois mais reconnaissant qu’il est possible que ce ne soit pas le cas.
Il peut-être intéressant de se
demander pourquoi on n’en a pas écrit 7 à la fin de la semaine.
Par exemple, j’avais pensé que je pourrais écrire le matin, avant que les enfants ne soient levés. Clairement, après 5 jours, ça ne fonctionne pas et le milieu de matinée semble être un moment plus propice pour moi puisqu’à ce moment-là mes enfants sont dans leurs jeux, notre routine du matin est terminée et ils semblent n’avoir pas besoin de moi pour un temps suffisamment long qui me laisse le loisir d’écrire mes Morning Pages. Ceci dit, je n’abandonne pas l’idée de les écrire au réveil un jour… pourquoi au réveil ? Il me semble que c’est un moment particulièrement adapté à une écriture au fil de la pensée, je me dis sans doute qu’au saut du lit si je ne suis pas bien réveilée mon Censeur non plus ne doit pas l’être 🙂 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web